On line books

- - -

Other iNumis topics

Conclusion

L'apparition du portrait sur le monnayage fut une des révolutions de la Renaissance. A des monnaies qui ne donnaient qu'une image figée du prince, succèdent des portraits réalistes du souverain. La monnaie, par essence multiple, et diffusée dans tout un pays, était l'instrument le mieux adapté aux idées neuves des souverains. Se faire représenter était pour eux le moyen de se faire reconnaître, d'asseoir leur règne.

Pour la représentation, ils surent trouver des hommes capables de surmonter les obstacles techniques inhérents à la petitesse de la monnaie. Ces graveurs furent de grands artistes tel Emiliano Orfini qui fit les coins de Sixte IV en s'inspirant d'un portrait peint de Melozzo da Forli. A l'occasion, on peignit même des portrait du prince dans le but de graver les monnaies. Janusz Reyman en a découvert la preuve dans l'atelier d'Olkusz dont une lettre parle "de peindre une image de sa majesté le roi pour le monnayage des talers".

Le portrait monétaire est un art : c'est une sorte de peinture d'un souverain, mais une peinture métallique et surtout d'une diffusion populaire. La monnaie à portrait, plus que tout autre instrument, a contribué à diffuser dans les états l'image réaliste des traits des gouvernants.


Sommaire



About us | General conditions of sale | Delivery

All rights reserved - Legal mentions